cc-forum1 (1).jpg

Hausse des fraudes au Canada, le secteur immobilier n’est pas épargné

Par Akim Laniel-Lanani & Loreena Bertoux

La pandémie de Covid-19 a largement impacté nos vies, notamment avec une augmentation du télétravail et l’adoption de nombreux services à distance. Le domaine de l’immobilier n’a pas été épargné et de nombreux propriétaires ont été contraints de se tourner vers des visites virtuelles et des signatures de bail en ligne. Ainsi, les fraudes à la location ont connu une hausse à travers le pays. Le jumelage entre la location immobilière virtuelle et la véritable crise pancanadienne du logement profite aux fraudeurs en ligne.


Les fraudeurs qui ont recours à ce type d'arnaque, attirent leurs cibles avec des annonces attrayantes de type trop beau pour être vrai : un secteur prisé, des services inclus, un loyer à bas prix, etc. Ces annonces sont publiées sur des sites populaires tels que Kijiji ou Marketplace afin de rejoindre un grand nombre de personnes.


Quelques données…

Le Centre antifraude du Canada a enregistré 317 victimes de fraudes liées au logement en 2018 contre 509 victimes en 2021. Le montant perdu est quant à lui passé de 474 819 dollars en 2018 contre 862 055 dollars en 2021 ce qui représente une augmentation d’un peu plus de 80% du montant total perdu en seulement 4 années. Non seulement, les fraudes locatives font davantage de victimes, mais elles coûtent également de plus en plus chères.



Types courants d'arnaques à la location


On observe que certains scénarios mis en place sont récurrents. D’un côté, le fraudeur prétend être un locateur qui cherche à louer son logement rapidement à bon prix afin de ne pas perdre d'argent. Mais, se trouvant à l'étranger, il demande à ce qu’une somme d'argent lui soit versé par virement électronique en guise de dépôt de sécurité. De l'autre, il peut prétexter être un locateur qui ne veut pas se déplacer inutilement donc il réclame un virement électronique afin d'assurer une visite.


Enfin, comme l'illustre un article publié par Ici-Radio-Canada, certains fraudeurs sollicitent via les réseaux sociaux, des personnes qui souhaitent gagner leur vie honnêtement en publiant des annonces de logements à louer en ligne, mais qui finalement s’exposent à un risque de fraude à l’emploi et contribuent à escroquer des gens sans en être conscient. Ainsi, lorsqu'un locataire potentiel communique avec l'annonceur, celui-ci le redirige vers l'adresse courriel du faux propriétaire qui réclame un virement de fonds dans le but de garantir une visite et de ne pas se déplacer inutilement. Afin de sécuriser ces fonds, le faux propriétaire envoie au locataire un lien internet piégé qui lui permet de récupérer l'argent. Au cours de ce processus, le locataire fournit des informations personnelles tels que : numéro d’assurance sociale, permis de conduire, informations bancaires, lieu de résidence actuel et / ou passé, employeur actuel et / ou passé, etc. et risque d'être également victime d’un vol d'identité. Quel que soit le stratagème mis en place, une fois que le virement est encaissé par le fraudeur, celui-ci coupe toute communication et disparaît.


Les étrangers souhaitant s’installer au Québec pour les études ou le travail sont une cible de choix pour les fraudeurs lorsqu’il est question de louer un appartement. Ils se trouvent souvent dans l’obligation de régler tous ces détails à l’avance et à distance sans même avoir vu le logement et ils ne sont pas toujours au courant des pratiques et des lois en matière d’immobilier au Québec. Toutefois, alors que les logements se font rares sur le marché, les québécois-es à la recherche d'un toit sont également des cibles attrayantes pour les arnaqueurs.


Certains propriétaires qui louent ou mettent en vente leur propriété, ont vu leurs appartements ou maisons annoncés comme étant à vendre sur certaines plates-formes telles que Marketplace. Ainsi, lorsque de potentiels acheteurs se manifestent, les fraudeurs exigent un dépôt en argent afin d'accéder à une visite du logement. En réalité, cet argent est envoyé à l'international et le soi-disant vendeur disparaît (Pilon, 2022).


Un jeune couple de Saguenay étant à la recherche d'un logement à louer est tombé sur une annonce prometteuse sur Facebook. Après avoir échangé de nombreux courriels avec la prétendue propriétaire, ils décident de se rendre sur place et découvrent que le logement est à vendre et non à louer et que la personne avec qui ils échangeaient n'existe pas (Tremblay, 2022).


La meilleure façon d'éviter de se faire escroquer est de connaître les nombreuses tactiques utilisées par les fraudeurs et de se familiariser avec les signes avant-coureurs de l’arnaque locative. Si quelque chose semble trop beau pour être vrai, c'est probablement le cas. Protégez-vous et protégez vos proches en sachant ce qu'il faut rechercher, et signalez toujours toute activité suspecte.


Soyez vigilant lors de vos recherches

Dans cette vidéo, Sarine, une de nos analystes à la cyber-prévention vous explique comment reconnaître les arnaques à la location avant qu'elles ne se produisent. Vous apprendrez ce à quoi il faut faire attention et comment ces escrocs peuvent tenter de soutirer l’argent que vous avez durement gagné.


Quelques signaux qui peuvent vous alerter :

  • L'offre de type trop beau pour être vrai.

  • Ne pas pouvoir visiter le bien en question mais un bien voisin ou similaire.

  • Le locateur n'est pas joignable autrement que par courriel.

  • Le loyer mensuel est plus bas que celui d'autres endroits similaires.

  • Un dépôt est demandé avant d'avoir signé un bail ou un contrat de location officiel.

  • Un virement bancaire à l'étranger est exigé.

  • Le locataire est renvoyé vers un site Internet qui demande des renseignements personnels ou financiers quand il demande davantage d'informations sur le bien.

Quelques conseils pour éviter l'arnaque locative :

  • Rechercher sur Internet l'adresse du logement, pour s'assurer que ce n'est pas une publication copiée. Pour cela, il est également possible d’effectuer une recherche sur l'image utilisée dans l'annonce.

  • Google Images – icône appareil photo – suivre les instructions

  • Entrer l'adresse de l'immeuble ou de la maison dans Google Maps et se rendre sur place afin de vérifier si l'annonce est conforme à la réalité.

  • Planifier une visite et s'assurer que le propriétaire sera présent.

  • Avant de louer un logement dans un nouveau projet immobilier, contactez le constructeur afin de confirmer l'identité du propriétaire.

  • Demander un contrat ou un bail et l'examiner attentivement.

  • Connaître ses droits en tant que locataire. Consulter le ministère du logement de sa province ou territoire.

Toute personne qui aurait été victime d'une fraude est invitée à se rendre au poste de police de son quartier ou à communiquer avec le 911 afin de déposer une plainte officielle. Si vous désirez signaler une fraude ou toute autre activité criminelle de manière anonyme et confidentielle:

  • Pour la région de Montréal, communiquez avec Info-Crime, au 514 393-1133, ou visitez le www.infocrimemontreal.ca

  • À l’extérieur de Montréal, communiquez avec Échec au crime, au 1 800 711-1800, ou visitez le www.echecaucrime.com

Vous êtes témoin ou victime d'une fraude sur un site de petites annonces comme Kijiji ou LesPac ? Utilisez ce formulaire pour la signaler !


En signalant ce genre d'arnaque et en fournissant l'adresse courriel ou le numéro de téléphone des escrocs, vous contribuez à rendre les sites de petites annonces plus sécuritaires.


 

Sources


Bureau de la concurrence du Canada, 2022. Fraudes liées au logement : pas de place à l'erreur, Gouvernement du Canada, Repéré à https://www.canada.ca/fr/bureau-concurrence/nouvelles/2018/08/fraudes-liees-au-logement-pas-de-place-a-lerreur.html


Catherine Morasse, 2022. Être payé pour frauder? La mise en garde d’un Lévisien aux Gatinois, Ici-Radio-Canada, Repéré à https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1875491/fraude-annonce-logement-ligne-gatineau-avertissement-avril-2022


Françis Pilon, 2022. Fraude: leur maison à louer sur Internet à leur insu, Journal de Montréal, Repéré à https://www.journaldemontreal.com/2022/03/09/leur-maison-a-louer-sur-internet-a-leur-insu


Kate Tremblay, 2022. Saguenay: un couple évite une fraude immobilière de justesse, TVA Nouvelles, Repéré à https://www.tvanouvelles.ca/2022/02/01/saguenay-un-couple-evite-une-fraude-immobiliere-de-justesse


Service de police de la Ville de Montréal, 2022. Fraude - Location d’un logement, Ville de Montréal, Repéré à https://spvm.qc.ca/fr/Fiches/Details/Fraude--Location-dun-logement

76 vues