cc-forum1 (1).jpg

    Aide-mémoire    

img.png

Exemple de messages dissimulant une arnaque par SMS

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • L'expéditeur du SMS semble avoir de l’information personnelle sur vous (qui aurait pu être achetée frauduleusement ou aurait fait objet d’un vol de données d’une entreprise avec qui vous avez fait affaire).

 

  •  Le message SMS contient des erreurs d’orthographe et de syntaxe.

 

  • Le contenu du message SMS est inattendu : par exemple, vous devez acquitter des frais alors que vous n’avez aucune idée de ce dont il s’agit.

 

  • Lorsque vous cliquez sur le lien qui se trouve dans le message SMS, vous êtes renvoyé vers un site Web qui demande vos renseignements personnels ou financiers.

 

  • On vous demande de communiquer des renseignements confidentiels ou de cliquer sur un lien par SMS ou lors de l’appel.

 

  • L’appelant se montre insistant ou menaçant pour que vous exécutiez un paiement immédiat.

 

  • Le paiement doit se faire via transfert de fonds (Moneygram, Western Union, etc.), par carte de crédit prépayée ou par carte-cadeau (iTunes, Google Play, Steam, Amazon, etc.), ou même par Bitcoin.

 

  • On vous aborde uniquement en anglais, sans possibilité de communiquer en français.

 

  • L’appelant prétend travailler pour une entreprise très populaire et bien connue et vous indique qu’il doit réparer votre ordinateur, alors que vous n’avez fait aucune demande d’aide.

 

  • L’urgence d’agir.

 

  • On vous demande de télécharger un programme/logiciel qui pourra accéder à votre appareil à distance.

 

  • Les numéros de téléphone commencent par 1-900, 1-800 ou ressemblent à votre numéro. 

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Anticipez que l’appel ou le SMS puisse être une fraude.

 

  • Restez vigilant quand vous recevez un message SMS ou un appel qui demande des renseignements personnels.

 

  • Soyez à l’affût des fautes d’orthographe et de langage.

 

  • Méfiez-vous des appels téléphoniques et textos non sollicités vous demandant des renseignements personnels ou un paiement immédiat.

 

  • Ne divulguez jamais vos renseignements personnels et financiers par téléphone ou SMS.

 

  • Ne répondez pas aux appels ou aux SMS qui proviennent d’un numéro inconnu.

 

  • Ne vous fiez jamais à l'affichage de l’appelant pour confirmer son identité (qu’il s’agisse d’une personne, d’une entreprise ou d’une organisation gouvernementale). Même si l’afficheur indique “GRC” ou toute autre entité, il peut en réalité s’agir d’une arnaque.

 

  • Ne rappelez pas le numéro inconnu qui vous a laissé un message vocal. S’il s’agit d’un appel important, l’individu vous rappellera au besoin.

À SAVOIR

N’oubliez pas que les organisations gouvernementales ne demandent jamais d’effectuer un quelconque paiement via téléphone. Ceci concerne aussi la demande de divulguer vos informations financières ou personnelles via téléphone.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

img1.png

Exemple d’arnaque à l’emploi.

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • Vous recevez des offres d’emplois pour lesquelles vous n’avez jamais postulé, par courriel ou par message texte.

 

  • On vous demande d’encaisser un chèque et de remettre une partie des fonds par la suite.

 

  • Vous repérez une offre d’emploi consistant à recueillir de l’argent et déposer les fonds.

 

  • On vous demande une forme de paiement pour vous aider dans votre recherche d’emploi.

 

  • On vous demande vos informations bancaires sous prétexte de sécurité.

 

  • L’offre d’emploi comporte des fautes d'orthographe, de syntaxe et de grammaire.

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Signalez l’offre d’emploi, le courriel ou le message que vous avez reçu.

 

  • Demandez les détails d’une offre d’emploi avant de donner vos informations personnelles.

 

  • Si vous n’êtes pas certain de la légitimité de l’entreprise, prenez le temps de faire vos recherches.

 

  • N’acceptez jamais un virement bancaire d’un individu que vous ne connaissez pas.

 

  • Ne répondez pas à l’offre si vous trouvez que celle-ci est trop intéressante pour être réelle.

À SAVOIR

1. Les fraudeurs publient sur des sites d’emploi légitimes, des sites d’annonces (p.ex. Kijiji) ou sur les réseaux sociaux afin de réduire la méfiance des individus. Il est ainsi important de vous interroger lorsque vous trouvez l’emploi qui est « trop beau pour être vrai ».

 

2. En cas de doute, posez des questions, et prenez le temps de vous interroger sur l’offre d’emploi.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • Concernant l’arnaque envers les locataires, vous devez payer un dépôt d’argent pour visiter ou pour louer la résidence (illégal au Québec).

  1. Le locateur demande à ce que le loyer soit payé en argent comptant et n’offre pas de reçu.

  2. Vous devez envoyer de l'argent à une personne à l'étranger.

 

  • Une emphase est mise concernant la rareté du logement.

 

  • L’improbabilité de l’offre, de type « trop beau pour être vrai» : des prix incroyablement bas sont souvent synonymes de produits de mauvaise qualité ou contrefaits.

 

  •  L’urgence d’agir : les escrocs créent un sentiment d’urgence afin qu’ils puissent contourner vos meilleurs instincts.

 

  • Les annonces n’affichent que des photos de l'extérieur de la résidence.

 

  • Vous êtes renvoyé vers un site Web qui demande des renseignements personnels ou financiers quand vous demandez à en savoir plus sur l'appartement.

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Prenez votre temps et posez des questions pour éviter d’être précipité à prendre une mauvaise décision.

 

  • Vérifiez l’adresse du logement. Elle doit être indiquée dans l’annonce.

 

  • Planifiez une visite et confirmez que le propriétaire sera présent.

 

  • Recherchez sur internet l’adresse du logement à louer. Il est possible de voir si des internautes ont été victimes de fraude.

 

  • Assurez-vous que le bail soit signé en bonne et due forme.

 

  • N’effectuez pas de transactions ou de virements sans avoir rencontré le propriétaire ou le logement.

 

  • Ne divulguez pas vos informations personnelles ou financières si vous voulez en savoir plus sur l’appartement.

À SAVOIR

1. Les fraudeurs publient des annonces attrayantes de logement à louer (un bas prix, un secteur envié, des bons avantages, etc.) sur des sites populaires (Kijiji, Facebook, Craigslist). Après quelques courriels ou messages, ils vont vous demander un dépôt avant même d’avoir vu l’appartement.

 

2. Selon la Régie du logement du Québec, un propriétaire ne peut demander un dépôt sur un logement, même afin de le réserver. Le seul paiement qui est à effectuer est le premier mois du loyer (lors de la signature d’un bail).

 

3. Consultez le ministère du Logement de votre province ou territoire afin de connaître vos droits en tant que locataire.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

img5.png

Exemples d’arnaques à l’immigration

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • Le site web facture des frais pour le téléchargement des formulaires d’immigration ou pour des demandes d’information.

 

  • Le site web est non sécurisé. Il n’y a pas de cadenas dans la fenêtre du navigateur et l’URL (adresse web) ne contient pas la mention https://.

 

  • Vous recevez des courriels inattendus proposant des services d’immigration.

 

  • Vous recevez des courriels demandant de fournir des renseignements personnels et/ou bancaires.

 

  • Vous recevez des courriels contenant des pièces jointes et des hyperliens dont l’expéditeur vous est inconnu. Ces courriels contiennent plusieurs erreurs : le logo de l’entreprise est absent, la formule de salutations est générale (ex. "Cher client” au lieu de “M./Mme …”) ou bien le nom figurant dans le courriel de l’expéditeur ne correspond pas au nom de la personne signant le courriel.

 

  • Le courriel ou le site web contient de nombreuses fautes de grammaire et d’orthographe.

 

  • L’agent (le fraudeur) vous demande d’effectuer vos paiements par cartes prépayées ou cartes-cadeaux. 

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Si vous trouvez un site Web louche, faites une recherche dans le Web pour voir si quelqu’un a signalé un problème avec ce site.

 

  • Assurez-vous que votre navigateur est à jour. Les filtres des navigateurs peuvent aider à déceler de faux sites Web.

 

  • Ne payez jamais pour une entrée garantie au Canada ou pour un traitement plus rapide de la demande.

 

  • Ne fournissez jamais des renseignements personnels ou bancaires sur un site non sécurisé.

 

  • Méfiez-vous des sites web promus dans des courriels provenant de personnes inconnues que vous n’avez pas sollicitées.

 

  • Ne donnez pas de renseignements personnels à moins d’être sûr de savoir à qui vous avez affaire.

À SAVOIR

1. Seuls les agents d’immigration peuvent décider de délivrer un visa et les frais de traitement sont les mêmes pour tous les services au Canada et à travers le monde.

 

2. Les employés du gouvernement n’ont en aucun cas le droit ni l’autorisation de menacer les demandeurs, de demander de verser des montants préliminaires dans l’urgence, de demander de communiquer des renseignements personnels autre que pour des fins d’identification et de contrôle d’identité.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • L’escroc demande une somme d’argent dès le début de la prétendue ‘relation’.

 

  • Les messages communiqués sont souvent truffés de fautes d’orthographe et de grammaire.

 

  • Le nouveau contact en ligne exprime des sentiments d’amour après les premières discussions.

 

  • L’urgence d’agir : l’escroc essaie de gagner votre confiance pour que vous lui envoyiez de l’argent ou des cadeaux pour une situation pressante.

 

  • La caméra vidéo est non fonctionnelle pendant une demande de rencontre virtuelle.

 

  • L’improbabilité de l’offre de type « trop beau pour être vrai ».

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Parlez-en à une personne de confiance si vous êtes dans le doute.

 

  • Fiez-vous à votre instinct.

 

  • Utilisez des sites de rencontres légitimes et fiables.

 

  • Conservez les identités frauduleuses pour les signaler aux autorités compétentes.

 

  • Évitez de partager des photos ou vidéos explicites.

 

  • Faites preuve de prudence et de scepticisme lorsqu’une personne inconnue vous aborde et vous demande de l’argent.

 

  • N’acceptez pas les demandes d’amitié de personnes que vous ne connaissez pas.

 

  • Ne divulguez jamais vos informations bancaires.

 

  • N’envoyez jamais d’argent à une personne que vous ne connaissez que virtuellement.

 

  • Refusez toute transaction pour une tierce personne (vous pourriez être

         accusé de blanchiment d’argent).

À SAVOIR

1. Souvenez-vous qu’il est très peu probable qu’une personne déclare son amour éternel après seulement quelques lettres, courriels, appels ou photos.

 

2. Les fraudeurs essaient de vous faire relâcher votre vigilance en faisant appel à votre côté romantique et compatissant.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • L’escroc vous explique qu’il faut agir vite en raison d’une offre limitée dans le temps, exclusive pour vous et que vous n’avez pas le droit de partager ces informations.

 

  • La sollicitation par téléphone ou par courriel est spontanée. Vous ne savez pas comment le fournisseur a obtenu vos coordonnées.

 

  • L’improbabilité de l’offre de type “trop beau pour être vrai”. On vous garantit des rendements élevés avec des placements à faible risque.

 

  • On vous demande des informations personnelles ou financières. Vous n’obtenez pas plus de détails sur le contrat même si vous en demandez.

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Faites des recherches sur le prestataire de services en question sur Google ou des sites et forums de protection des consommateurs, par exemple.

 

  • Prenez le temps de réfléchir avant d’investir et questionnez-vous sur l’offre et la personne qui le présente.

 

  • Suivez votre instinct. En cas de doute, échangez avec votre conseiller bancaire ou d’autres spécialistes indépendants.

 

  • Ne répondez pas à des offres d’investissement non sollicitées.

 

  • Prenez le temps de la réflexion avant d’investir.

 

  • Ne cédez jamais à la pression des courtiers ou de prétendues offres limitées dans le temps.

 

  • Ne communiquez jamais vos données personnelles ou financières.

 

  • Méfiez-vous des promesses d’investissements sûrs au rendement garanti et aux bénéfices élevés. Aucun prestataire de services financiers sérieux ne promettra des bénéfices élevés sur du court terme.

 

  • Faites attention aux fautes d’orthographe et aux variations dans le nom de domaine de la société sur le site Web ou dans l’adresse courriel.

 

  • Évitez les modes de paiement inhabituels tels que les transferts de fonds électroniques à l’étranger, la crypto-monnaie ou autres moyens de paiement peu courant.

 

  • Signalez la fraude aux autorités compétentes.

À SAVOIR

1. Si l’on vous fait croire qu’il est possible de gagner des sommes d’argent importantes en peu de temps, rappelez-vous que les placements à court terme et sans risque n’existent pas !

 

2. Les fraudeurs peuvent demander des paiements par transferts de fonds électroniques à l’étranger, la cryptomonnaie ou d’autres moyens de paiement peu courants. Attention! Ce sont des modes de paiement qui sont très inhabituels.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

img8.png

Exemple d’une sextorsion

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • Les sextorqueurs entrent généralement en contact avec une victime via les applications de rencontres ou les réseaux sociaux.

 

  • Ils évoluent souvent sous de faux profils qui sont adaptés au profil de la victime.

 

  • Un lien de confiance s’établit grâce à des flatteries et des mots doux.

 

  • La discussion s’oriente rapidement vers le thème sexuel; le sextorqueur essaie d’obtenir des photos ou des vidéos explicites de sa victime.

 

  • De l’intimidation, du chantage ainsi que des menaces sont proférés afin que la victime cède sous la pression.

 

  • Une somme d’argent ou davantage de contenu intime est exigé, autrement les images explicites seront diffusées sur des sites internet ou à l’entourage de la victime.

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Coupez les communications en désactivant les comptes.

 

  • Conservez les échanges et certaines informations importantes pour les transmettre aux autorités compétentes.

 

  • Signalez-le aux autorités compétentes.

 

  • Parlez-en à une personne de confiance si vous avez des doutes concernant votre conversation.

 

  • Restez vigilant face aux demandes des individus que vous rencontrez sur les réseaux sociaux.
     

  • N’envoyez pas de vidéo ou de photo à caractère sexuel à quiconque sur internet. En un clic, un individu mal intentionné peut capturer des images reçues ou enregistrer à son insu.

 

  • Ne cédez jamais au chantage en envoyant de l’argent ou d’autres contenus sexuels. Le sextorqueur continuera de vous faire chanter. 

 

À SAVOIR

1. Partager une photo intime d’une personne sans son consentement est illégal. Si l’image exposée est une personne âgée de 18 ans et moins, la diffusion de celle-ci AVEC ou SANS son consentement est généralement considérée comme illégale.

 

2. Si vous êtes victimes de sextorsion, il est possible de demander de l’aide sur AidezMoiSVP.ca pour enlever des images ou des vidéos à caractère sexuel sur Internet.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • Les fraudeurs peuvent pirater le réseau, surveiller vos activités en ligne et enregistrer vos données si vous utilisez une connexion Wi-Fi non protégée, un ordinateur partagé ou un site web non sécurisé.

 

  • Ils peuvent vous appeler, envoyer des SMS ou de faux courriels en se faisant passer pour une organisation légitime afin de vous soutirer des informations personnelles (ou financières).

 

  • Il est possible de télécharger sans le savoir un logiciel qui collecte vos informations personnelles de façon secrète. Toutes ces informations sont ensuite transférées au voleur.

 

  • Les organismes (votre banque par exemple) sont également vulnérables aux attaques de pirates informatiques. Ils peuvent s’introduire et voler des bases de données. 

 

  • Il est également possible de se faire voler une identité lorsqu’un individu mal intentionné fouille vos poubelles, vole votre courrier ou vos biens personnels, ou cambriole votre maison.

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Utilisez un réseau WiFi sécurisé et naviguez sur des sites web sécurisés (cadenas verrouillé, ‘‘https’’).

 

  • Installez des logiciels de protection efficaces sur vos appareils (antivirus, anti-espion, anti-hameçonnage).

 

  • Faites régulièrement des mises à jour de logiciels et de vos appareils pour continuer à les protéger.

 

  • Soyez à l’affût des activités suspectes dans vos relevés de comptes bancaires et de carte de crédit.

 

  •  Signalez toute irrégularité aux autorités compétentes.

 

  • Créez des mots de passe robustes et uniques pour chacun de vos comptes.

 

  • Détruisez à l’aide d’un appareil de déchiquetage par coupe croisée tous les documents sur lesquels se trouvent vos informations personnelles (factures, lettres officielles provenant du gouvernement ou des institutions financières) avant de les jeter aux ordures.

 

  • Ne donnez jamais vos renseignements personnels par téléphone, par SMS, par courriel ou sur Internet.

 

  • Limitez la quantité de renseignements personnels que vous partagez en ligne et sur les réseaux sociaux.

À SAVOIR

Communiquez avec votre institution financière. Elle pourrait vous offrir de plus amples informations par rapport au soutien et aux outils offerts en cas de vol d’identité.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

 

  Comment reconnaître ce type de fraude? 

  • Les cyberintimidateurs utilisent les réseaux sociaux afin de harceler ou cyberintimider une victime (médias sociaux, jeux en ligne).

 

  • Ils profèrent des menaces et ne font pas attention à leurs propos en ligne.

 

  • Parfois, des attaques directes ou des menaces d’attaques physiques hors ligne sont possibles.

 

  • Ils souhaitent que leur victime soit détectée, ignorée ou exclue socialement.

 

  • L’utilisation d’un langage familier insultant est un mode de cyberintimidation ou de cyberharcèlement.

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Prévenez un adulte de confiance si vous êtes victime de cyberintimidation.

 

  • Enregistrez les messages qui vous sont envoyés et montrez-les à un adulte si vous n’êtes pas certain de la nature de ces messages.

 

  • Alertez les autorités si l’intimidation a une portée criminelle, comporte des menaces, des faux messages, de l’extorsion, des suppositions intentionnelles de personne ou de l’intimidation.

 

  • Prévenez et intervenez si vous êtes témoins d’une intimidation d’un proche ou d’un camarade.

 

  • Ne répondez pas aux messages d’un individu qui vous intimide et bloquez-le.

 

  • Ne divulguez pas vos renseignements personnels.

 

  • N’oubliez pas que ces comportements sont punissables par la loi.

À SAVOIR

1. Si vous êtes victimes de cyberintimidation ou de harcèlement, ou si vous en êtes témoins, rapportez les incidents à des personnes d’autorités.

 

2. Alertez les autorités si l’intimidation a une portée criminelle, comporte des menaces, des faux messages, de l’extorsion, des suppositions intentionnelles de personne ou de l’intimidation. N’oubliez pas que ce sont des comportements punissables par la loi.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • Vous éprouvez un ralentissement significatif et inexpliqué de votre appareil.

 

  • Votre appareil plante soudainement et à plusieurs reprises.

 

  • Le système redémarre plus fréquemment qu’en temps normal et sans votre sollicitation.

 

  • Les programmes s’ouvrent et se ferment seuls, ne parviennent plus à s'exécuter ou génèrent des messages d’erreurs étranges.

 

  • Des installations de programmes apparaissent à votre insu.

 

  • Les périphériques (souris, clavier, disque dur externe …) réagissent anormalement en disparaissant ou en n’étant plus accessibles.

 

  • Des onglets de notifications s’ouvrent soudainement.

 

  • Le navigateur accède spontanément à des sites Internet qui vous sont inconnus.

 

  • Vos données personnelles ont été piratées (identifiants, coordonnées bancaires, mots de passe …).

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Utilisez des mots de passe complexes et longs.

 

  • Consultez des sites Web fiables et sécurisés (‘‘https’’, symbole du cadenas verrouillé).

 

  • Faites régulièrement la sauvegarde de vos données sur un autre support (disque dur, clé USB) en cas de piratage informatique.

 

  • Effectuez régulièrement vos mises à jour de vos logiciels et appareils.

 

  • Téléchargez une extension de navigateur qui bloquera les publicités.

 

  • Installez sur vos appareils des logiciels fiables spécialisés dans la protection contre les maliciels.

 

  • Débranchez votre appareil d’internet s’il est piraté, et désactivez la connexion Wi-Fi ou Bluetooth.

 

  • Ne téléchargez jamais des pièces jointes non vérifiées.

 

  • Ne cliquez jamais sur des liens dans des courriels que vous ne reconnaissez pas.

À SAVOIR

1. Si vous êtes victime de rançongiciel, éteignez l’ensemble de vos machines. Ne payez pas la rançon car cela ne garantit pas la restitution de vos données et ne permettra pas d’éviter d’éventuelles nouvelles attaques. Faites vous aider afin de conserver des preuves techniques et portez plainte.

 

2. Si vous êtes techno habile, vous pouvez suivre les étapes recommandées par le site du Gouvernement français, Cybermalveillance | Piratage d'un système informatique, que dois-je faire ?

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici

img12.png

Exemple d’hameçonnage par courriel

 

  Comment reconnaître ce type de fraude?  

  • Les fraudeurs demandent de fournir vos renseignements personnels et financiers par courriel. Sachez qu’aucun organisme ne demande de telles informations par courriel.

 

  • L’expéditeur s’adressera à vous de façon impersonnelle avec la mention ‘‘Monsieur ou Madame’’ plutôt qu’utiliser votre nom.

 

  •  Le logo contenu dans le courriel peut différer de l’original ou être pixélisé.

 

  • Le message diffuse un sentiment d’urgence poussant la victime à agir dans les plus brefs délais, sans prendre le temps de se questionner ou de s’informer.

 

  • L’expéditeur demande de cliquer sur le lien transmis dans le message qui vous redirigera vers un autre site afin d’entrer vos données personnelles.

 

  • Les messages/courriels contiennent la plupart du temps des fautes de syntaxe, de grammaire ainsi que d’orthographe.

  Ce qu’il faut faire et ne pas faire  

  • Demandez-vous toujours si ce courriel est attendu.

 

  • Contactez l’organisme par son numéro officiel pour vérifier si le message est légitime.

 

  • Bloquer l’expéditeur.

 

  • Ignorer et supprimer le message.

 

  • Signalez le courriel aux autorités compétentes.

 

  • Ne communiquez jamais vos informations personnelles ou financières par courriel.

 

  • Ne téléchargez aucun fichier joint, vous risquez de télécharger un logiciel malveillant à votre insu.

 

  • N’entrez aucun renseignement sur le site web qui s’est ouvert.a

À SAVOIR

Il est important de ne jamais télécharger un fichier joint d’un courriel suspicieux, d’une source inconnue ou inhabituelle. Vous risquez de télécharger un logiciel malveillant à votre insu.

Pour consulter les ressources disponibles par rapport à ce type de fraude, cliquez ici