cc-forum1 (1).jpg

Qu’est-ce qu’une campagne de sensibilisation ?

Par Fyscillia Ream

Au Canada, mars est le mois de prévention de la fraude. Il s’agit là d’une occasion pour les organismes privés et publics, touchés par la fraude, de sensibiliser la population ou leur clientèle aux problématiques liées à la fraude. À cet effet, on lance une campagne de sensibilisation ou de prévention. Ces campagnes visent à changer le comportement des consommateurs en les sensibilisant à certains comportements et prévenir les effets négatifs de ces comportements.


Bien que les campagnes de sensibilisation soient surtout utilisées en santé et sécurité publique afin de promouvoir de saines habitudes de vie et des comportements plus sécuritaires, de plus en plus de gouvernements élaborent des campagnes visant à prévenir la cybercriminalité et à sensibiliser la population à mieux s’en protéger. Ces campagnes nationales peuvent être sporadiques pour sensibiliser à un enjeu particulier ou bien encore s’intégrer dans une stratégie nationale plus large de lutte contre la cybercriminalité.


Mais au final, qu’est-ce qu’une campagne de sensibilisation ?


Sensibiliser pour changer les comportements


La sensibilisation est la première étape du processus de changement de comportement. Au cours de ce processus, la personne concernée doit être intéressée et motivée ce qui lui permet 1) d’être sensibilisée à une problématique ; 2) développer un intérêt sur l’enjeu en question ; 3) faire preuve de motivation et 4) s’engager à changer de comportement en travaillant sur la modification de ses croyances et attitudes envers la problématique donnée.


Une campagne de sensibilisation doit donc s’appuyer sur ces différentes étapes du processus de changement afin d’être efficace.


Les niveaux de prévention abordés dans les campagnes de sensibilisation


Une campagne de sensibilisation doit susciter des préoccupations concernant une problématique tout en encourageant les consommateurs à changer leurs comportements.


Il existe plusieurs niveaux sur lesquels une campagne de prévention ou de sensibilisation peut s’appuyer.


Au niveau primaire, il s’agit d’élaborer des stratégies visant à informer le public. À ce niveau, on vise la population générale et les outils que l’on utilise sont souvent génériques, par exemple des articles de presse ou bien encore des campagnes publicitaires à la télévision.

Au niveau de la prévention secondaire, les stratégies visent à joindre les individus les plus à risque. On crée ainsi des programmes qui vont cibler spécifiquement certaines populations sur certaines thématiques.


Enfin au niveau tertiaire, les stratégies ciblent ici les gens qui ont déjà été victimes ou qui ont déjà eu des difficultés vis-à-vis de la problématique en question.


Les campagnes de sensibilisation de la cybercriminalité peuvent jouer un rôle à chacun de ces niveaux. Par exemple, au niveau primaire, il peut s’agir de campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux pour sensibiliser la population à avoir une bonne hygiène informatique. Au niveau secondaire, l’illustration parfaite se trouve dans les campagnes de sensibilisation contre la cyberintimidation auprès des jeunes du secondaire. Enfin, les campagnes visant à informer la population sur les ressources existantes en cas de victimisation sont des exemples de prévention tertiaire.


La peur comme moyen de sensibilisation ?


Les campagnes de sensibilisation s’appuient sur deux éléments : la peur et l’efficacité. En effet, une campagne de sensibilisation doit amener l’individu à réfléchir sur la menace que pèse sur lui la problématique en question (« Est-ce que la cybercriminalité est un problème grave ? », « Est-ce que je peux en être victime ? ») et se demander s’il est possible de changer son comportement vis-à-vis de la ladite problématique (« Est-ce que je vais être mieux protégé si j’ai une meilleure cyberhygiène ? », « Est-ce que je suis capable d’appliquer les conseils de cybersécurité ? »


Ces deux éléments sont également reliés, car pour qu’une campagne de sensibilisation fonctionne, il faut que le sentiment d’efficacité des consommateurs soit plus élevé que la menace. En cybersécurité, cela veut dire que les conseils énoncés dans les campagnes doivent résonner auprès de la population et que celle-ci se sent capable et en confiance de les mettre en place. Si, le sentiment de menace est plus présent, alors la campagne de sensibilisation aura moins d’effets, par exemple, les campagnes qui mettent en avant l’omniprésence de la cybercriminalité auront moins d’impacts que celles se concentrant sur l’offre de conseils aux consommateurs. En appuyant trop sur la peur, on donne le sentiment à la population que le risque est inévitable et qu’elle est impuissante à y faire face.


Rendre une campagne de sensibilisation efficace


Quelques études ont démontré que les campagnes de sensibilisation et de prévention sont plus efficaces quand elles identifient adéquatement les besoins du public cible et qu’elles transmettent un message clair qui favorise une réelle prise de conscience. Il est donc important de prendre en considération le point de vue des utilisateurs, c’est-à-dire leurs perceptions et croyances quant à une problématique.


En outre, il est important que la sensibilisation sur une problématique ne soit pas un événement sporadique, mais doit plutôt se répéter dans le temps. Ainsi, les campagnes de sensibilisation telles que le mois de la fraude en mars ou le mois de la sensibilisation à la cybersécurité (octobre) sont des campagnes qui permettent de rappeler annuellement à la population les enjeux liés à la cybercriminalité.


Enfin, il est toujours préférable de cibler les problématiques et les populations identifiées lors des campagnes afin de ne pas diminuer l’efficacité du message transmis. Une bonne campagne doit comprendre des objectifs réalistes et mieux ciblés, en proposant au public des attitudes et des comportements plus spécifiques que généraux.


 

Sources

Agence de santé publique du Canada. (2006). Ce que nous avons appris : campagnes de sensibilisation canadiennes importantes à l’égard de l’ETCAF. Repéré à http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/fasd-ac-etcaf-cs/pdf/fasd1-ac-etcaf-cs_f.pdf


Coutu, C. (2020). Les campagnes de prévention en cybersécurité. Note de synthèse Chaire de recherche en prévention de la cybercriminalité, vol. 1, num. 8. Repéré à https://www.prevention-cybercrime.ca/campagne-prevention




41 vues